«

»

Juil 07

Extraits presse page 4

Extraits presse – page 4 – Aout 1993 / Février 1995

Jean-François Bourgeot – Le Temps Libre – 21 février 1995

Mamdouh Bahri, nourri d’abord au son du luth traditionnel avant de tomber en arrêt sur une pulsation de George Benson, a choisi il y a quelques années de vivre à Montpellier. La musique de Mamdouh Bahri, musique qui, en douce, comme un vol à la tire sans violence, associe en pleins et déliés généreux les braves plans du blues et l’écho sans fin du désert, l’héritage, du jazz et la volute arabisante. Normal pour ce doux humaniste dont la musique, non dénuée d’énergie, sait donner dans l’éclat mais renonce à la virulence.

Gérard Mayen – Midi Libre – 10 novembre 1994

Le son du Montpelliérain Mamdouh Bahri, au creuset de la Tunisie et du Languedoc, entre musiques d’Orient et d’Occident, dans leurs formes populaires ou savantes. D’où l’invitation à un travail suivi au sein de cette formation noire américaine, qui a permis à Bahri de réaliser le rêve secret de tout jazzman : aller s’abreuver à la source mythique de Manhattan.
Dans le « Spirit of Life Ensemble », chacun des douze musiciens amène sa composition et son arrangement, et sur le disque en cours de publication, on peut considérer le troisième morceau, « Flying High », comme l’uvre de Mamdouh Bahri. Il s’agit d’un hommage, emporté dans un grand souffle, au géant pianiste (et pianiste géant) Randy Weston.
Mais voilà qu’entre deux avions, Mamdouh Bahri trouve le ton des confidences, et fait entendre une cassette où il vient de céder à la tentation de revenir au temps du luth arabe de sa jeunesse.

N.B – Compact Disc Magazine – juillet/août 1993

Sa guitare évoque autant les grands du jazz, tel Jimmy Raney par exemple que les joueurs d’oud tunisiens. Ici, il s’agit de faire du neuf avec du vieux, de se frayer son propre chemin par la confrontation de multiples racines. Bref un disque original, qui affirme une autre façon d’entendre et peut-être de s’entendre

Ch. Brackers d’Hugo – Les abonnés du jazz / La Voix du Nord – 1993

Mamdouh réussi la synthèse entre musiques américaines et méditerranéennes Cette musique qui a la couleur du sable chaud et l’odeur des nuits agitées sonne magnifiquement grâce à cet autre alliage réussi de la spontanéité et de la précision millimétrique des arrangements. Mamdouh Bahri qui travaille fréquemment avec Horace Parlan et semble avoir écouté George Benson avec attention admirative est assurément un grand guitariste mais aussi un excellent compositeur dont il serait dommage de limiter les qualités à la seule réalisation d’un métissage musical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *